2012 Nuits St Georges

Nuits St. Georges 2012, un très grand cru !

Et voilà, après de long mois de préparation, notre rassemblement annuel est derrière nous. Bilan : malgré une météo exécrable, une douzaine de RV son arrivés, plus deux autres avions et de nombreux constructeurs/pilotes sont venus en voiture pour en faire un événement mémorable. Nos hôtes, Thierry, Fred, James, Bernard et autres membres de l’aéroclub de Nuits St. Georges, se sont dédiés sans réserve pour que l’accueil et la convivialité soient au top. A cela il faut ajouter une vingtaine d’anglais plus deux irlandais qui se sont allègrement mêlés aux français pour faire une fête qui a commencé vendredi soir et s’est terminée dimanche matin;

Première mise en condition pour ceux qui arrivent en voiture cause mauvaise météo, le Château La Berchère maintenant un superbe hôtel dont les prix sont raisonnables. Nous étions nombreux à nous y être hébergés. Mais il y avait beaucoup d'hôtels à moins de 2km de l'aérodrome, donc aucun problème d'hébergement. De plus, nous avions de nombreux pilotes campeurs, qui ont pu planter leurs tentes prêts de leurs avions, et l'aéroclub avait mis une douche a disposition des campeurs.


Mais commençons par le début. A l'arrivée, pour marquer l'événement, la bannière Van's récupérée à Friedrichshafen à l'entrée de l'aéroclub de Nuits St. Georges marquait l'événement. Il faut dire que cela fait sérieux. Nous ne sommes plus dans les petites affiches A4 imprimées. Nous y voyons un RV7 sur la tranche - idéal pour une bannière verticale.


Vendredi, nous étions déjà assez nombreux grâce aux quelques anglais qui ont bravé le météo - faut dire qu'ils ont l'habitude - et grâce aux membres du VCF qui faute de vouloir se battre contre les éléments par les airs, ont opté pour une arrivée en voiture. Nous étions donc environ 40 pour le barbecue du vendredi soir. Mais nous avons rapidement eu le plaisir d'entendre un premier avion s'annonçant Nuits St. Georges sur la 123,5. Il s'agissait d'un Irlandais qui arrivait directement d'Irlande avec une escale à Cherbourg pour dédouaner.

Des le début de l'après midi nous avons monté la buvette et mis en place l'open bar, autrement dit : bière et autres boissons à volonté pour les équipages et membres du VCF. Faut dire que la buvette fut très vite prise d'assaut par les british et les deux irlandais. L'ambiance s'est vite mise en place...

Par la suite, Bernard, propriétaire d'un hangar à côté de l'aéroclub, a sorti le R44 et autres avions qui s'y trouvaient afin de préparer le terrain pour le soir. Nous nous sommes tous portés volontaires pour tout sortir du camion et placer les bancs et tables prêtés par la mairie et en un rien de temps, le hangar était prêt pour nous accueillir. Le soir Thierry s'est chargé du barbecue, beaucoup de bois puis un coup de briquet et une heure plus tard nous avons commencé à rôtir nos merguez, chipolatas, viandes, saucisses et autres, chacun surveillant ses choix attentivement afin de ne pas les cramer - une ambiance particulièrement conviviale. Thierry nous a comblé avec son Moret St. Denis 1er cru 2008, absolument délicieux plus quelques bouteilles de Vosne-Romanée qui trainaient ici et là.

Les conditions d'une soirée, voir d'une nuit, chaleureuses et animées étaient plantées. Les bancs furent occupés très rapidement, des groupes selon les affinités se sont formés, des membres de l'aéroclub mêlés à ceux du Van's Club avec les anglais entrelaçant le tout, dans un joyeux vacarme conversationnel. La soirée avançant, les niveaux des bouteilles descendant, l'ambiance devint de plus en plus festive. Vers 11h00 Bernard, propriétaire d'une montgolfière dont la nacelle était dans le hangar, a eu la brillante idée d'éclairer le tout par quelques coups de bruleurs. Les ouh et les hah d'approbation l'ont récompensé de son initiative.

Les conditions d'une soirée, voir d'une nuit, chaleureuses et animées étaient plantées. Les bancs furent occupés très rapidement, des groupes selon les affinités se sont formés, des membres de l'aéroclub mêlés à ceux du Van's Club avec les anglais entrelaçant le tout, dans un joyeux vacarme conversationnel. La soirée avançant, les niveaux des bouteilles descendant, l'ambiance devint de plus en plus festive. Vers 11h00 Bernard, propriétaire d'une montgolfière dont la nacelle était dans le hangar, a eu la brillante idée d'éclairer le tout par quelques coups de bruleurs. Les ouh et les hah d'approbation l'ont récompensé de son initiative.

 Il faut dire que vers minuit, lorsque Thierry s'est lancé dans le Karaoké, après que certains se soient exercés à de la dance, l'ambiance étaient au comble. Je suis personnellement partie (Michèle qui parle) vers minuit trente mais il restait beaucoup de monde, particulièrement les anglais, qui sont restés jusqu'à 3h00. Le lendemain vers 10h00 pas de grande activité du côté des tentes - les anglais ont progressivement émergé vers 11h00 pour nous demander ce qui s'était passé. Certains avaient quelques problèmes de mémoire du fait d'avoir trop fait honneur au vin.

Le jour a repris le dessus, petits dèjà, toilettes, remise en place des esprits, puis progressivement nous nous sommes acheminés vers le déjeuner. Thierry nous avait organisé un moules frites par un de ses copains, à la façon marinière avec des frites excellentes, dorées à point, croustillantes et savoureuses, plus la bière de l'open bar, rebelote, que du bonheur. Entre temps des français étaient arrivés, notamment trois RV8, ceux de Francis C., Bryan W. et Jean M. - je regrettai ne pas être venu avec le mien mais jeudi je ne serai pas passée. Un Beryl des troyens est également arrivé plus un autre de construction amateur dont j'oublie le nom. En tout cela faisait environ 20 avions et 60 personnes. Ni trop, ni pas assez, juste ce qu'il faut pour pouvoir parler avec tout le monde et passer un bon moment.

 Je reprends, nous sommes donc samedi heure du déjeuner : moules frites. Transfert de la buvette vers le barnum monté la veille à la grande joie des anglais prêts à la reprendre d'assaut. Moules frites à 10€, bière et autres à volonté gratuit, il faisait beau quoiqu'un bon petit vent de 15/20knts soufflait plein travers mais aucun atterro n'a posé de problème - tous les pilotes des pros.

L'après-midi, que dire si ce n'est que nous avons beaucoup regardé les avions, parlé avec les uns et les autres, mis à jour la vie de chacun lors des retrouvailles. Parmi les avions quelques nouveaux. Nous nous sommes attardés sur lr RV8 de Bruce en rouge Channel 19 - un rouge avec un léger fond de framboise, très joli. De plus cet avion est équipé d'une avionique d'enfer. Autre nouveauté, un RV12 qui nous est venu de Hollande, assez joli quoique la ligne nous plait moins que celles de ces grands frères (ou soeurs ?). Il y avait également le RV7 irlandais, très belle déco. Et Stan H. est venu une foi de plus avec son G-DUDE. Immanquablement il nous a fait quelques pirouettes. Nous avons également été gratifiés par la présence de Roger H., venu en voiture car la météo chez lui en Angleterre était bloquante. Parmi les français, Jean-Marc G., Bastien L. et beaucoup d'autres, Alain G. notre trésorier et moi-même ainsi que Marc et Laurence et leur fils, les Troyens, qui construisent un RV7 arrivés dans leur Beryl - et des nouveaux membres qui en sont a leur début. Ils auront pu toucher des vraies machines qui volent ce qui leur a donné un coup d'adrénaline.

En un clin d'oeil c'était le soir - notre diner de gala devant nous dans un restaurant fabuleux perdu dans un vallon de la Côte d'Or derrière Nuits St. George. Fred, le président de l'aéroclub, a fait office de chauffeur avec un car de 30 personnes. Entre les voitures et le car, nous sommes arrivés tous ensemble vers 20h30. Il faut dire que la propriété est très grande, la photo ci-contre ne reflétant que la façade restaurant, car il y a en prolongation la partie hôtel qui s'étend sur plus de 150 mètres sur un étage. Première phase, l'apéro. Nous étions sous une pergola à savourer un mousseux avec du cassis et de délicieux petits fours. C'était l'occasion pour parler avec un peu tous les participants. Le temps de savourer ce moment puis nous sommes montés dans la salle de restaurant - pour le diner un caviar de courgette avec des gambas puis une tranche de charollais avec des légumes. Par la suite fromage plus désert, le tout accompagné d'un bon Moret St. Denis 1er cru du domaine de Thierry.


Après le diner, le clou de la soirée - la remise de prix, les prix étant des objets, vêtements et outils fournis gracieusement par Van's Aircraft et Avery. Les heureux gagnants sont :

  • Premier arrivé - RV7 des irlandais SY-MES - direct avec escale Cherbourg sous une météo marginale. Mais les anglais et irlandais doivent voler par des temps qui repoussent souvent les français. Peut-être l'explication du peu d'avions français à notre rassemblement.
  • Plus ancien - RV6 G-RVAN de David B.
  • Exemplaire - RV8 G-DUDE de Stan H. qui a fait 97 vols d'essais de vrilles.
  • Retour aux sources - RV8 G-RVIB de Peter G. - avion très dépouillé.
  • Distance la plus longue - RV6 de Norman G-RVIA qui nous vient de Malaga via l'Italie - un périple
  • Extravagance - RV8 F-PKOK rouge de Bruce W. - un rouge Chanel 19 des plus élégants et une avionique d'enfer.
  • Le plus beau - RV6A G-TJDM au look retro - assez beau quoique ne plait pas à tout le monde.
  • Prix Jean-Michel F. - RV8 français de Jean M.
  • Prix Joël B. - RV8 français de Francis C.

Il est évident que l'assistance a chaleureusement acclamé chacun des heureux gagnants. Après la distribution des prix Fred et ceux qui sont venus en voiture ont ramené tout ce petit monde à leurs hôtels et camping respectifs.

Le lendemain dimanche retrouvailles et préparatifs de départ. Les anglais assez soucieux de la météo car elle s'annonçait pas terrible ont dédié pas mal de temps à consulter les différents sites - en rétrospectives certains d'entre eux ont dû faire escale ici et là afin d'attendre que le mauvais temps ne passe.